Pilule contraceptive : une valeur sûre ?
Prise correctement, la pilule contraceptive libère des hormones qui bloquent ou freinent la production des hormones sexuelles féminines et perturbent littéralement le cycle menstruel à un tel point la migration des spermatozoïdes vers l'ovule ainsi que toute nidation éventuelle d'un ovule fécondé sont impossibles. Il en résulte l'absence de grossesse.

Pilule contraceptive : une valeur sûre ?

Les pilules contraceptives sont des médicaments hormonaux qui empêchent les grossesses non désirées. Ces médicaments inhibent l’ovulation chez les femmes, ce qui empêche la fécondation. L’invention de la pilule contraceptive dans les années 60 a révolutionné le monde et permis une plus grande liberté sexuelle pour femmes. Ce médicament est, à ce jour, une méthode contraceptive largement utilisée, mais est-ce une valeur sure ?

Qu’est-ce qu’une pilule contraceptive ?

La pilule contraceptive est une méthode hormonale de contraception féminine très efficace pour prévenir une grossesse. Cette méthode, qui a été lancée sur le marché en 1960, constitue sans aucun doute une avancée majeure dans l’accroissement de l’autonomie des femmes, dans la mesure où elles peuvent être actives dans la décision d’avoir ou non un enfant.

Contraceptif oral
La pilule contraceptive est une méthode de contraception hormonale qui permet à la gent féminine de décider du moment où elle souhaite avoir des enfants.

Les pilules contraceptives contiennent des hormones stéroïdes. MaPiluleContraceptive.com précisent qu’elles peuvent être constituées d’un seul type d’hormone ou combiner deux hormones: les œstrogènes et les progestatifs. Apparus il y a environ un demi-siècle, les contraceptifs oraux ont subi une évolution qualitative. Aujourd’hui, non seulement elles ne représentent pas une menace pour le corps, mais elles aident également à résoudre de nombreux problèmes féminins.

Les pilules combinées

Les pilules contraceptives combinées ont un triple effet: empêcher l’ovulation, empêcher les spermatozoïdes d’entrer dans l’utérus et empêcher l’ovule fécondé de se fixer aux parois de l’utérus. La pilule contraceptive combinée consiste en une combinaison de progestatifs et d’œstrogène.

Les progestatifs sont une forme synthétique de la progestérone. Les pilules contraceptives combinées régulent le niveau d’œstrogènes et empêchent ainsi l’ovulation. Lorsque les pilules combinées sont prises, le mucus qui se trouve dans le col utérin s’épaissit, empêchant ainsi les spermatozoïdes d’atteindre l’ovule.

L’efficacité des pilules contraceptives combinées est de 99%. Il existe des pilules contraceptives monophasiques dont la composition est identique quel que soit le jour du cycle. Les comprimés à trois phases ont une teneur en hormones différente en fonction de la période du cycle menstruel. Cette séparation permet l’utilisation d’un minimum d’hormones. Pour faciliter l’utilisation, les comprimés contenus dans l’emballage sont peints de trois couleurs différentes.

Comme avec tout autre médicament, l’utilisation de la pilule contraceptive ne devrait être faite que sur avis médical, d’autant plus qu’il s’agit d’une méthode hormonale et qu’elle peut entraîner des effets indésirables, voire graves. De plus, son utilisation concomitante avec d’autres médicaments par certains groupes de personnes peut nuire à l’efficacité de la méthode ou causer des problèmes de santé. Les fumeuses sont plus susceptibles de souffrir de thromboses et d’embolies pulmonaires.

La minipilule

La minipilule est un type spécial de pilule contraceptive qui ne contient pas d’œstrogène. Elles éliminent ainsi les effets secondaires et les contre-indications typiques de la contraception orale combinée. Contrairement aux pilules combinées, les minipilules n’empêchent pas l’ovulation, ce qui affecte quelque peu l’efficacité de la contraception. Un autre inconvénient de ces pilules est l’augmentation du flux menstruel et la perturbation possible de la régularité du cycle.

Bien que leur efficacité en matière de protection contre les grossesses non désirées soit un peu moins fiable, leur domaine d’utilisation est plus large. Elles s’adressent aux groupes de patientes qui, en raison de leur position physiologique (lactation) ou de certaines maladies, ne peuvent utiliser la contraception orale combinée.

Ces médicaments entraînent une augmentation de la viscosité de la glaire cervicale. En outre, la minipilule entraîne des modifications significatives de la structure de l’endomètre, ce qui rend peu probable l’implantation d’un ovule fécondé. De plus, les hormones de ces médicaments affectent la réduction de la contractilité des trompes de Fallope, ce qui complique considérablement le déplacement de l’œuf dans la cavité utérine.

La pilule contraceptive d’urgence est constituée de lévonorgestrel, une version synthétique de la progestérone. Elle peut affecter l’ovulation, mais pas le développement du fœtus, si la femme est déjà enceinte.

Ovule entourée de spermatozoïdes
Prise correctement, la pilule contraceptive libère des hormones qui bloquent ou freinent la production des hormones sexuelles féminines et perturbent littéralement le cycle menstruel à un tel point la migration des spermatozoïdes vers l’ovule ainsi que toute nidation éventuelle d’un ovule fécondé sont impossibles. Il en résulte l’absence de grossesse.

Comment fonctionne la pilule contraceptive?

Pour mieux comprendre le fonctionnement correct de la pilule contraceptive, vous devez d’abord comprendre comment fonctionne le cycle menstruel. Quel est le fonctionnement du cycle menstruel ?

Cycle menstruel

Chaque mois, le corps de la femme se prépare à une éventuelle grossesse et subit des changements qui durent en moyenne de 25 à 30 jours. Ils résultent de la libération de quatre hormones par les ovaires et par la glande pituitaire :

  • la FSH: libéré par l’hypophyse au début du cycle menstruel, elle avertit les ovaires que les follicules ovariens peuvent commencer à se développer.
  • l’œstrogène (œstradiol): dès que les follicules commencent à se développer, cette hormone est libérée. Elle prépare le corps à une éventuelle grossesse.
  • la LH: l’augmentation de la LH provoque l’ovulation dans un délai de 24 à 36 heures, lorsque la production de progestérone augmente.
  • la progestérone: la progestérone entraîne un épaississement de l’endomètre, qui se prépare à accueillir un bébé possible. En l’absence de fécondation, la progestérone commence à chuter, ce qui entraîne une desquamation de l’endomètre au bout de 14 jours : c’est la menstruation.

Fonctionnement de la pilule

Lorsque vous prenez une pilule contraceptive, les hormones qu’elle contient réduisent ou arrêtent la production de LH et de FSH. L’ovulation ne se produit pas, car elle a besoin d’un pic de LH. En outre, ces hormones entraînent d’autres changements, tels que:

  • l’épaississement de la glaire cervicale qui empêche la pénétration des spermatozoïdes dans la cavité utérine
  • l’altération de l’endomètre qui empêche l’implantation du fœtus
  • un changement dans le transport des spermatozoïdes et de l’ovule

Contre-indications

Les pilules contraceptives sont généralement contre-indiquées dans les cas suivants:

  • antécédents de thrombose, d’embolie pulmonaire ou d’accident vasculaire cérébral
  • antécédents de migraine accompagnée de symptômes tels que des problèmes visuels, des troubles de la parole, une faiblesse ou un engourdissement dans une partie du corps
  • diabète
  • antécédents familiaux de cancer lié aux hormones sexuelles (cancer du sein, cancer de l’ovaire)
  • présence de saignements vaginaux sans cause
  • grossesse suspectée

Avantages de la pilule

La pilule est très efficace comme méthode de contraception. Elle donne la tranquillité à la pratique sexuelle sans avoir à se soucier d’une grossesse non désirée. En ce sens, elle est favorable à la libido. Le risque de grossesse, lorsqu’elle est utilisée correctement, est d’environ 0,1%.

Elle réduit les crampes menstruelles. Cet effet commence à se faire sentir après le premier comprimé et s’améliore avec le temps. La pilule peut même améliorer les coliques provoquées par l’endométriose, une maladie gynécologique qui touche l’utérus.

Elle réduit la quantité de sang qui s’écoule durant la menstruation, réduisant ainsi la prévalence des anémies ferriprives. La pilule régule les cycles menstruels courts, longs ou irréguliers. Cette méthode contraceptive peut aider à soulager les symptômes du syndrome des ovaires polykystiques.

La prise de la pilule contraceptive réduit la prévalence des kystes ovariens bénins. Elle réduit également le nombre de gestations extra-utérines, ainsi que l’incidence de cancers tels que ceux de l’utérus, des ovaires et, éventuellement, des intestins.

La prise de ce contraceptif améliore la peau en réduisant la quantité de poils, de sébum et d’acné. Les pilules contenant de l’acétate de cyprotérone ont leur propre action anti-androgène, agissant plus rapidement contre l’acné.

Pilules contraceptives
En plus d’être une valeur sûre à 99% en matière de contraception, la pilule contraceptive est créditée de moult avantages que ne sauraient émousser les risques et inconvénients.

Inconvénients

Malheureusement, la pilule n’a pas que des avantages. Il peut également présenter certains risques pour la santé d’une femme. A leur nombre, on a :

  • les saignements génitaux irréguliers
  • les maladies thromboemboliques telles que la thrombose ou la phlébite des jambes, l’infarctus du myocarde, les accidents vasculaires cérébraux, l’ischémie cérébrale et l’embolie pulmonaire
  • les maladies du foie et l’insuffisance hépatique
  • des cancers pouvant être liés aux hormones comme ceux du sein et de l’endomètre
  • la cholélithiase (calculs vésiculaire)
  • l’hypertension artérielle
  • des migraines

Certains antibiotiques tels que l’ampicilline, la vibramycine ou la rifampicine peuvent réduire l’efficacité de la pilule. Les médicaments utilisés dans le traitement de l’épilepsie (anticonvulsivants) interfèrent avec l’utilisation de la pilule. D’autre part, leur action est freinée par la pilule.

Dans un pourcentage inférieur à 3%, les pilules peuvent provoquer des symptômes de gastrite, une augmentation des varices, un changement de poids, une interférence dans la libido, un gonflement, des taches sur le visage, etc. Dans ces circonstances, il faudrait envisager la possibilité d’utiliser une composition hormonale différente ou une autre forme de contraception. La pilule ne prévient pas les MST (maladies sexuellement transmissibles).

Les nouvelles générations de pilules contiennent de la drospirénone. C’est cette substance qui empêche l’accumulation de liquides dans les tissus. Elle élimine de nombreux problèmes cosmétiques de la peau et prévient l’apparition du syndrome prémenstruel.

Beaucoup de femmes oublient souvent de prendre leur pilule, alors que cette méthode nécessite un apport quotidien pour qu’elle produise ses effets. La pilule peut également perdre de son effet en cas de vomissement ou de diarrhée. Des effets secondaires tels que des sautes d’humeur et des maux de tête peuvent survenir. Dans de rares cas, on peut assister à la formation de caillots sanguins ou d’un cancer du col utérin.

La pilule contraceptive, une valeur plutôt sûre

Apparue dans les années 1960, la pilule est une révolution majeure en matière de contraception. Elle a participé à l’émancipation de la femme et continue aujourd’hui encore à mettre en confiance les femmes. Sa très grande efficacité (99%) en fait une méthode contraceptive de référence. Il est vrai qu’elle peut parfois entraîner des désagréments, mais ceux-ci ne sauraient occulter ses bienfaits. Oui, la pilule a été et continue d’être une valeur sûre en matière de contraception.

Laisser un commentaire

Fermer le menu